Les 5 phases de la rupture amoureuse

Un jour tu te lèves et tu te prends une gifle.

Tu ne comprends pas ce qui se passe ni d’où ça vient. Ta tendre moitié te balance dans le plus grand des calmes « On n’est plus fait l’un pour l’autre  » après des années de relation. 

Comme dirait Le Dem’s (a.k.a Damso pour ceux qui sont passés à côté de CET article et de CELUI-CI.) 

« What the fuck ? Putain d’bordel de merde ! »

Bon clairement pour ceux et celles qui pensent encore que ça n’arrive qu’aux autres ou dans les films, on se réveille et on devient réaliste : Ce fléau arrive à n’importe qui et surtout à n’importe quel moment. A partir de là, tu ne peux rien faire à part accuser le coup et essayer de garder le max de dignité que tu trouveras en réserve. 

  1. Les 5 phases du deuil

Elisabeth Kübler-Ross a sorti la théorie que le deuil, quel qu’il soit, même dans le cadre d’une rupture, est composé de 5 phases : 

  • Le déni  « Non mais tu vas pas me quitter comme ça c’est pas vrai, c’est un cauchemar »
  • La négociation « Je vais changer, si tu veux on habite juste séparément, ou si tu veux tu peux même fréquenter d’autres personnes » 
  • La colère « mais quel(le) *** ! T’façon je ne sais pas ce que je lui ai trouvé » 
  • La tristesse « Je ne m’en remettrai jamais et je ne me remettrai plus jamais en couple »
  • L’acceptation « C’est mieux comme ça. Je vais pouvoir me concentrer sur moi et faire des choses qui me plaisent et que je n’ai pas pu faire en couple » 

Toi après la phase 5

Notez qu’il n’y a pas d’ordre ni de durée moyenne pour chacune de ces phases. 

On a souvent l’impression que le temps se suspend. Que c’est irréel. Qu’on va se réveiller, qu’on ne pourra pas vivre comme ça et bla et bla et bla! FAUX! 

On oublie également trop souvent qu’on est un être à part entière et qu’on vit parfois trop à travers « l’être aimé ». On a le droit de se planter, à n’importe quel âge. Et NON ce n’est pas grave !

 

  1. Les 10 conseils d’une connaisseuse
  • Pleurer autant que son corps le permet 
  • Se reposer ! 
  • Prendre du temps pour soi 
  • Lister tout ce qu’on aimerait réaliser seul ! « Et si je partais enfin seul en voyage ! » « Et si je m’inscrivais enfin au théâtre ? » « Et si je faisais enfin ce projet qu’il/elle ne voulait pas faire ? »
  • S’hydrater au maximum 
  • Ecouter son entourage (et faire le tri). Ton sentiment d’abandon et de solitude pèse tellement à ce moment-là, que seuls tes proches pourront combler ce vide sans même que tu aies à parler. Les vrais seront là, t’inquiètes!
  • Surfer sur sa vague de seum pour avancer.
  • Ne pas se laisser mourir dans un trou en espérant qu’il/elle revienne… Ou faire des dingueries irrationnelles pour que l’autre se sente piégé ou revienne par pitié ! Pas de pitié qui tienne. On ne se dévalorise pas et on voit plus loin ! On se noit dans un bucket KFC si on veut mais on ne se retrouve pas dans des situations chelou qui rendront la situation… Comment dire… Gênante!

Genre ça c’est mort…!

  • Re-la-ti-vi-ser et positiver dans la mesure du possible : CE N’EST PAS GRAVE de rentrer chez ses parents. Vois ça comme une économie de loyer le temps de se remettre sur pieds ! CE N’EST PAS GRAVE de déménager. Ca ira avec un nouveau rythme de vie, un renouveau, un recommencement ! CE N’EST PAS GRAVE d’être seul ! Au contraire, ce genre d’événement te permettra de te recentrer sur toi, ce qu’on a sans doute plus de mal à faire après quelques années à partager son quotidien.
  • Voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide 😉
Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *